Se dire par le territoire

Les lacs, les rivières, les montagnes et les forêts qui nous entourent forgent notre identité et notre parole. Comment peut-on la faire vibrer en nous par la poésie ?
Dans la lumière de la terre: se dire par le territoire, tel est le titre de l’atelier d’écriture donné par Emmanuel Simard qui permettra aux participants de créer une suite de poèmes inspirés par leur territoire et, par le fait même, d’explorer leur territoire intérieur.

Samedi 27 avril — 13 h 30 à la salle Marguerite-Tellier de Chicoutimi.
C’est gratuit!
Il suffit d’un crayon et d’un papier et de laisser couler son imagination… Bienvenue à tous!

Il s’agit du dernier atelier d’écriture de la saison (avant l’automne) en collaboration avec l’Association professionnelle des écrivains de la Sagamie et les bibliothèques de Saguenay. Il fait gris… c’est samedi, profitez-en!

Emmanuel Simard détient un diplôme en arts interdisciplinaires de l’Université du Québec à Chicoutimi. Il publie régulièrement sa poésie dans les revues EstuaireJet d’encreLes écritsArt Le Sabord ainsi que des textes critiques dans les revues Ciné-BullesCiel Variable, Lettres québésoises et sur le blogue Lequatretrois.com. Depuis 2010, il donne plusieurs lectures publiques, participe au Festival International de poésie de Trois-Rivières (2012) et, grâce à LOJIQ, l’Alliance française des Caraïbes et la Casa de Hierro, il prend part à une tournée littéraire en Colombie (2013). Il a publié son premier recueil de poésie aux éditions Poètes de Brousse, L’œuvre des glaciers (2012), qui lui a valu le prix Découverte au Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean. En 2015, il publie Lumière en terre noire chez le même éditeur. Il vit désormais à Montréal où il codirige la revue de la Compagnie à Numéro. (Source: Poètes de Brousse).

Pin It on Pinterest

Share This