Passage remarqué…

La jeune poète saguenéenne, Marie-Andrée Gill, ne passe pas inaperçue dans le paysage poétique québécois.
Hugues Corriveau parle de son dernier recueil paru cet automne à La Peuplade, Frayer, sous la rubrique « La vitrine » dans le cahier Culture et livres du Devoir de ce jeudi 24 décembre 2015.
Une belle reconnaissance du milieu qui donne envie assurément à Marie-Andrée Gill de poursuivre ses projets d’écriture !
Voici ce qu’il en dit:
« Beau recueil au ton lyrique qui pénètre le coeur gris d’une douleur atavique, mais dans la conscience des possibles retournements, tant la parole est porteuse de rêves scandés.» Hugues Corriveau (Le Devoir, jeudi 24 décembre 2015, p. E7)
La Sagamie est ravie !
Frayer, à lire et à relire jusqu’à plus soif ! Un beau présent à mettre sous le sapin…

Pin It on Pinterest

Share This